Alice Cheron, auteur du blog Ali Di Firenze

La Parisienne vit-elle forcément à Saint Germain des Près ?

Pour la maison Ines de la Fressange Paris, être parisienne c’est avant tout une Attitude et le spécimen est établi de Bordeaux à New-York. Pour notre rubrique « Les Parisiennes du monde », nous avons interviewé Alice Cheron, auteur et bloggeuse parisienne à Florence en Italie. En direct de la Toscane où elle a créé un blog très chic dédié au Voyage et à l’art de vivre italien www.alidifirenze.fr, elle nous confie les secrets d’un style parisien exporté sous le soleil de la Dolce Vita, et ces petites choses de Paris qui lui manquent terriblement.

Une affaire de style sous le signe de la bonne humeur. Siete pronte ? Andiamo !

001

Maison Ines de la Fressange Paris : Cela fait 5 ans que tu as quitté Paris pour t’installer à Florence, es-tu restée une Parisienne dans l’âme ? 
Alice Cheron : Définitivement. Mes années à Paris ont marqué mon style de vie et mes habitudes. Il y a la garde-robe bien sûr mais aussi la façon d’être au quotidien, l’envie d’être subtilement différente, de vivre la ville à ma manière. Dès mon arrivée à Florence, je me suis par exemple constitué un carnet d’adresses bien particulier mélangeant des incontournables et des petites adresses d’artisanat stylé. Cela a tellement plu à mes amies parisiennes en voyage à Florence que j’ai créé mon blog www.alidifirenze.fr pour les partager. En étant parisienne, on a l’œil prêt à capter la nouveauté et surtout le petit je-ne-sais-quoi qui va plaire aux copines.

Maison Ines de la Fressange Paris : Comment reconnait-on une Parisienne à l’étranger ?

Alice Cheron : J’ai l’impression qu’on la repère à 1 km ! La parisienne est très sûre de ses goûts, de son style et cela ne change pas à l’étranger. Personnellement je la trouve très racée et cela passe par la façon de se tenir, son regard. Il y a un mélange de mystère et de sensualité, même si elle porte une simple chemise blanche et un jean. C’est amusant car les Florentins sont fans de la française et vouent un culte à leur féminité ; tout ce qui fait français est tout de suite très chic ! Et puis je crois que la femme française n’a pas peur d’avoir une conversation en mêlant esprit et humour pour se sauver de toutes les situations… même si elle ne parle pas la langue de son voisin !

Maison Ines de la Fressange Paris : Si tu devais citer trois choses exclusives à Paris et qui te manquent à Florence ?   

Alice Cheron : Je me languis de ma balade à vélo préférée, quand je partais du 1er arrondissement et traversais le Louvre pour me rendre à Saint Germain. La Pyramide, les Tuileries, la Seine… Cette beauté époustouflante me serrait le cœur à chaque fois ! J’adore déjeuner seule (les italiens ne comprennent absolument pas) et j’ai encore plus de plaisir à le faire lors de mes séjours parisiens. J’ai hâte d’aller profiter par exemple de la terrasse du Café Holiday. Pour finir, et même si nous ne sommes pas lésés côté culture à Florence, j’avais l’habitude à Paris d’écumer les musées le dimanche. Je vouais une passion pour le musée des Arts Décoratifs et pour le musée Rodin ! C’est une habitude que j’ai un peu perdue ici car désormais nous partons déjeuner en famille dans le Chianti et profitons de la campagne. Je ne me plains pas !

Maison Ines de la Fressange Paris : Et trois choses de Florence que tu aimerais voir émerger à Paris ?

Alice Cheron : La pharmacie de Santa Maria Novella a enfin ouvert un corner au Bon Marché ! Aucune parisienne ne peut survivre sans son eau de rose pour réveiller la peau en douceur le matin (rires). Si je devais injecter un peu de Florence à Paris, j’aimerais voir un bar qui fait de vrais « aperitivo » à l’italienne, en bord de Seine si possible. Enfin, j’ajouterais un peu plus de couleurs dans le vestiaire de la parisienne afin d’éviter cette masse grise le matin dans le métro qui décline toute la palette du ciel de Paris. Du jaune au violet, les florentins n’ont pas peur d’afficher les plus belles nuances en pantalon ou veste, et portent cela avec un naturel désarmant.

Maison Ines de la Fressange Paris : Lorsque tu reviens à Paris quelques jours as-tu un rituel ? Des endroits fétiches où tu passes forcément ? 

Alice Cheron : J’ai habité à côté du Centre Pompidou et près du Palais Royal, du coup j’adore retourner à la Fontaine Stravinsky ou me balader sous les arcades du jardin du Palais Royal. Si j’ai seulement 1h pour faire du shopping, je fonce au Bon Marché puis je retourne vers le Flore en admirant toutes les nouvelles boutiques. Bien évidemment, la boutique de la Maison Ines de la Fressange Paris fait partie de mes nouvelles étapes indispensables et je rêve de m’y faire faire une pièce sur-mesure à l’Atelier. J’ai toujours habité Rive Droite mais maintenant c’est à Saint-Germain que je viens prendre ma bouffée d’air parisien, encore plus si je suis de passage éclair à Paris. C’est un quartier qui concentre vraiment l’esprit de Paris, entre les fantômes des grands écrivains, les galeries d’art et les petites adresses confidentielles. Pour finir, je ne quitte pas la capitale sans avoir fait un saut chez Monoprix. Les vêtements enfant pour mon fils sont ravissants, les accessoires pour maman aussi !

Maison Ines de la Fressange Paris : La Parisienne et la Florentine sont-elles très différentes en terme de style et d’attitude ?

Le jour et la nuit. Elles sont toutes les deux très féminines mais pour des raisons différentes. La parisienne a ce sens inné du style et son assurance lui permet d’être impeccable avec très peu, parfois en accessoirisant un simple jean avec une pochette. L’italienne n’a aucun problème à paraître apprêtée et l’effortless chic n’est pas du tout dans ses cordes !
Le vestiaire de la florentine sublime une silhouette à laquelle elle fait très attention et elle n’a pas peur du « too much » : si pour séduire et se sentir bien dans sa peau il faut additionner une robe imprimée, des beaux bijoux et une pochette colorée, elle y va gaiement. Pour finir, la Florentine ne met pas un pied dehors sans ses lunettes de soleil vissées sur le nez, été comme hiver !
Mais ce qui m’inspire le plus à Florence c’est le style des hommes, pas celui des femmes. Chemises sur-mesure, superpositions de vestes, pantalons en tweed, détail du foulard ou des chaussettes à motifs subtils… c’est pour moi une véritable leçon de style qui inspire mon propre vestiaire.

Maison Ines de la Fressange Paris : Cette saison, quelles pièces de la collection Ines de la Fressange Paris mettrais-tu pour :

Une escapade à Capri ?

La jupe fleurie Sonia sans hésiter ! Je suis fan de son imprimé fleuri multicolore et je la porterais avec de simples sandales en cuir naturel comme les Gisèle.

Un apero à la Villa San Michele ?

Une blouse sophistiquée comme la Hubert rose avec son col lavallière, un jean blanc, des beaux nu pieds et la pochette Le Mondain. J’adore les proportions de cette dernière.

Une balade au marché de Sant’Ambrogio à Florence ?

La robe chemise Emmanuelle, facile à enfiler à la va vite, toujours élégante. À porter avec un panier en osier pour y mettre ses commissions !

Une avant-première au musée Ferragamo ?

J’associerais la veste Adrienne rebrodée de sequins cuivre avec un simple caraco blanc. Un petit sac en cuir comme le Complice, des compensés pour décoincer le look et c’est parti !

Retrouvez le carnet d’adresses chic d’une française en Toscane sur www.alidifirenze.fr (Instagram @alidifirenze)

Crédit photos : Tanya Syrikova

#interviews #parisiennesdumonde