Ines

Ines de la Fressange

A 17 ans, Ines de Seignard de la Fressange devient modèle et rentre rapidement dans la catégorie des mannequins les plus talentueuses et célèbres au monde, en défilant sur les podiums internationaux pour de grandes maisons telles que Christian Dior, Jean-Paul Gaultier, Yves Saint Laurent et bien d’autres.
Modèle et muse de Karl Lagerfeld, elle devient ambassadrice de la Maison Chanel et le premier mannequin a signer un contrat exclusif avec une marque de luxe. Devenue alors une icône Française, elle est retenue comme visage de Marianne, symbole de la République Française.

Aujourd'hui, Ines est toujours modèle mais également créatrice, femme d’affaires, et écrivain. Elle est à la fois l'ambassadrice de la maison de souliers parisiens Roger Vivier et directrice artistique de sa marque éponyme Ines de la Fressange Paris. Son livre “la Parisienne” (“Parisian Chic” en anglais) a été publié en 17 langues et vendu à plus d'un million d’exemplaires. Devenu culte, cet ouvrage confirme à quel point Ines de la Fressange est LA référence de la Parisienne du XXIème siècle.
En effet, Ines incarne un style de vie complet, doux mélange entre luxe joyeux et esprit bohème, reconnu dans le monde entier.



 À PROPOS DE LA MAISON 



Quel est votre rôle au sein de la Maison ? 

Alors, l’idée de départ était de vendre des choses que j’aime et donc finalement ma vie c’est de dire: « oh oui j’aime, j’aime !!! » et très souvent « j’aimerais »… (rires)

Comment décidez-vous de ce dont vous avez envie d’une saison à l’autre ?

Ben justement, j’ai tout le temps envie de plein de choses : à créer, à faire fabriquer mais aussi à acheter. Ce qui est difficile est d’éditer, de choisir, d’éliminer car on ne peut pas tout avoir.
Il y a aussi des rencontres qui font ensuite de belles collaborations comme avec Petit-Bateau, Bensimon, Périgot ou Satchel.
En réalité, je crois que le jour où je n’aurais plus d’envie je serai morte !

puisez-vous votre inspiration ?

Bon, en vérité ce sont les trucs que je souhaite pour moi ! Ça semble un peu égocentrique, mais au contraire s’il y a de la sincérité et de l’honnêteté, c’est ce qu’il y a de mieux. Donc c’est le costume en lin de mes rêves que je vais effectivement porter et ce sont les objets que j’aimerais mettre dans ma maison.
L’inspiration est quotidienne : une image sur Pinterest, une expo, un tissu, une fille vue dans la rue...

Comment définiriez vous un vêtement signé Ines ?

Rock-chic ! (rires)

À qui s’adressent les vêtements Ines de la Fressange Paris ?

À celles qui ne sont pas fashion victims mais aiment les vêtements,
À celles qui veulent être élégantes mais pas coincées,
À celles qui lisent Kierkegaard mais aime Carrie Bradshaw aussi,
À celles qui sont invitées à un mariage mais réalisent à la dernière seconde qu’elles n’ont rien à se mettre…
Euh…mes copines !

La Parisienne, c’est un terme générique finalement ; selon vous qui est-elle ? Comment est-elle ? 

Bon la vérité vraie? La parisienne c’est une provinciale, une étrangère ou même quelqu’un qui n’est jamais allé à Paris, mais qui a un certain état d’esprit et un goût pour mélanger les choses :

- sophistiquées et casual.
- neuves et vintage.
- luxueuses et très simples.

Elle est joyeuse mais, de temps en temps, elle va très mal : elle veut être unique mais elle a repéré des trucs sur d’autres qu’elle adore, elle prend soin d’elle mais ne veut pas avoir l’air d’une bimbo. Elle est féminine, mais adore les trucs de mecs… euh je pourrais en faire un livre ! (rires)

La Maison est représentée par Léon un petit faon. Qui est-il exactement et comment est-il arrivé là ? 

Eh bien j’ai pensé que chacun (et chacune) d’entre nous sommes profondément liés à notre enfance et c’est ce qui fait souvent le charme d’une personne. Le bambi peut être le symbole universel de cette juvénilité que l’on conserve. Et puis qui n’aime pas les bambis ?!!!



 

À PROPOS D'INES 



Un souvenir d’enfance ?

Enfant je voulais des souliers or, ma mère considérait que c’était un peu de mauvais goût.
Alors aujourd’hui il y a toujours quelque chose de brillant (or ou cuivre) dans mes collections !
 

L’objet qui ne vous quitte jamais ?

Mes binocles (rires) !
Aujourd’hui, j’ai celles que j’ai toujours souhaitées, grâce à la collaboration avec la marque Globex qui fait non seulement des lunettes solaires mais aussi des lunettes de vue.

Une philosophie de vie ? 

Relativiser, mettre à distance et surtout prendre le temps de réaliser son bonheur avant qu’il ne s’échappe car la clef, c’est de savoir apprécier chaque petite chose au lieu de perdre du temps à avoir peur de l’avenir.
Les t.shirts et pulls « Happ’Ines » ont eu beaucoup de succès... on doit être plusieurs à penser de la même façon.

Ce que vous retenez de votre importante carrière dans la mode ?

Tout est possible avec des gens compétents et talentueux. Il faut avoir du bon sens, mais aussi des rêves. Prendre le temps de savoir ce que l’on veut et le formuler. Savoir également se souvenir de son premier feeling.
En synthèse : l’émotion, l’imagination, la créativité sont des biens précieux qu’il faut soigner.
Euh, je suis un peu confuse là ? Bon, j’aurais juste dû dire que l’important c’est ce que l’on ressent, les gens et tout ce que l’on peut faire avec eux sans se préoccuper des préjugés et des idées préconçues.
 

Pourquoi cet attrait tout particulier pour la rive gauche ? 

C’est le début de Paris! Il y a tellement d’époques superposées, côte à côte, de gens prestigieux qui ont vécu là. Tant de culture, d’immeubles magnifiques, d’endroits grandioses mais aussi tout désuets.
On en revient aux mélanges qui finalement me plaisent tant.

Aussi, si des amis étrangers venaient à Paris c’est probablement un des premiers quartiers que je leur ferais visiter.
Vous imaginez venir à Paris sans aller à St. Germain des Près ??!!

Qu’est ce qui vous manque le plus lorsque vous quittez Paris ? 

La possibilité de changer instantanément d’ambiance : à Paris si vous êtes au Ritz ou dans un bistrot de la Bastille, cela n’a aucun rapport non?
J’aime que cette ville soit composée de plusieurs petites villes et que cela fasse un tout.
J’ai voulu que ma boutique soit à cette image : des espadrilles et des paniers qui côtoient des broderies et 
de la maroquinerie de luxe.
Oh là là, je rapporte tout à la mode ! #honte (rires)

Une odeur caractéristique de Paris ?

Alors là si vous essayez de me faire dire que c’est l’odeur du croissant chaud pas question !
On n’en mange pas tant nous les parisiennes…

Paris est la capitale de la mode mais aussi des plus grands parfumeurs et je suis über sensible aux parfums.
Pour moi, c’est un art comme la musique et j’ai une admiration sans borne pour les grands nez (nan pas le nez du visage ! les parfumeurs).
Un jour d’ailleurs, j’aimerais en faire un, mais je suis une vraie casse pieds, très exigeante. 

Votre promenade préférée ? 

J’aime le parc de Saint-Cloud avec ses grands arbres, mais j’y vais jamais, alors que les chiens seraient tellement heureux.
En revanche, je marche beaucoup dans Paris, j’aime la rue de Tournon, la rue Bonaparte, les quais, le Marais, la rue de Charonne…Un jour avec mon amoureux ont a fait 10kms, j’étais épuisée, il n’a rien vu .

Il est 9h00, 15h00, 21h00 que faites vous ?

- 9:00hrs : j’ai terminé de lire mes mails, je perds du temps sur Instagram, (9:30hrs je le regrette)

- 15:00hrs: Je regarde le replay de « Quotidien » alors que j’ai 3 interviews à faire sur mon ordi, un rendez-vous à 16:00hrs et je n’ai rien préparé, 3 tonnes de paperasses à classer et ma newsletter (www.lalettredines.com) à écrire. (15:30hrs je me dis que je vais être en retard à mon rendez-vous mais que je mettrai mon gloss dans la voiture)

- 21:00hrs : Je dessine 32 paires de chaussures dans un petit carnet, je retourne sur Instagram, je range mon dressing, je réponds à trois textos, je repère des canapés sur un site anglais, je répare la wifi de la maison, je télécharge une série sur iTunes, je mets des vêtements dans un sac pour une réunion le lendemain et oh ! il n’est plus 21:00hrs mais 1:30hrs du matin, alors je me déteste et je me dis que je devrais me coucher plus tôt ! Pas vous ?